Fabrication d'une lampe stroboscopique (réglage allumage )

Réparations, astuces, aides aux remontages, préparations sur nos Polo...

Modérateurs: fandemapolo, oof-will, dj flex, lozoic, Arsene, TriPolo

Fabrication d'une lampe stroboscopique (réglage allumage )

Messagede fandemapolo le 04 Jan 06 20:27

Reportage de PierreM !
Salut à tous
Je vais avoir à peaufiner l'allumage sur le GL(rupteur)lorsque la voiture sera remontée, et à régler celui du 2G(effet hall,Bosch TSH-Z)car l'allumeur a été donné à part sans repère.
Vu le prix des lampes strobos et le peu de choses que je vais leur demander (juste d'émettre un flach à chaque fois qu'une impulsion de HT arrive sur telle ou telle bougie), j'ai décidé de m'en faire une.
J'ai vu sur FA un topic là dessus et JFV avait proposé un schéma que voilà, qui correspondait bien. 4 portes logiques, des LED haut rendement, un ampli de puissance à transistors et pas de pince à induction.
Voilà l'article:

Il y a quelque temps ont été introduites sur le marché, par Siemens, de nouvelles LED 3 très fort éclairement. Ces diodes, références . LD57C, ont une intensité lumineuse de 30 mcd à 10 mA contre 5 mcd à 20 mA pour les meilleures LED classiques. La LD57C pouvant supporter un courant permanent ou moyen de 60 mA, nous nous trouvons en présence d’un véritable projecteur à semi-conducteur capable de concurrencer les ampoules a incandescence. Cependant. toutes les possibilités de modulation à haute cadence propres aux LED s'appliquent à ce nouvel élément.

La LD57C est beaucoup plus lumineuse que les diodes émettant dans le vert connues jusqu'alors, notamment grâce à son boîtier en matière plastique incolore et à l'absence de diffuseur. Les matériaux semi-conducteurs utilisés sont en outre, très soigneusement sélectionnés et les procédés de fabrication perfectionnés pour atteindre un rendement lumineux maximum.

Utilisation de la LD57C dans un stroboscope de garage

Le circuit que nous allons décrire est capable de piloter de une à quatre LD57C selon la luminosité souhaitée. Notre prototype utilise deux diodes qui, focalisées sur la même surface au moyen des lentilles incorporées, à leur boitier procurent un éclairement suffisant pour une utilisation en lumière du jour à peine atténuée. Les impulsions appliquées à chaque LED ont une amplitude de 600 mA (dix fois le courant permanent admissible) et une durée de 2 ms, pouvant être ramenée en dessous de 1 ms par une modification de la valeur d'un condensateur, au détriment toutefois de la luminosité. La cadence des impulsions restant très inférieure à 1 kHz, la durée de vie des diodes n'est pas compromise.

La figure 2 donne le principe du circuit de commande, utilisant quatre portes NAND CMOS et deux transistors, dont un de puissance en boitier plastique.
[ http://www.polo-land.fr/forum/RTP/636/1.jpg ]

Un étage d’adaptation à une porte CMOS permet une prise d'information en haute impédance. La pince crocodile isolée située en bout de câble d'entrée pourra simplement être fixée sur l'isolant du fil de la bougie n°1 ou bien indifféremment accrochée à la.borne BT du delco (rupteur). Un différenciateur fournit une impulsion de durée inférieure à 100 µs correspondant à l'allumage du cylindre n°1, impulsion qui vient déclencher le monostable de durée 2 ms, utilisant deux portes CMOS. La quatrième porte du boîtier 4011 inverse le créneau négatif fourni par l'univibrateur, permettant de la sorte l’attaque d'un Darlington NPN (BCW73-16 ou BD135-16), dont le collecteur est chargé par les diodes.

La figure 3 permet de détailler le schéma de principe, principalement en ce qui concerne l’étage de sortie. Un condensateur de 470µF est chargé à une tension voisine de 12V par une résistance de 15Ω servant à limiter le courant dans les diodes à une valeur non destructive, en cas de saturation prolongée des transistors de sortie ou en cas de fréquence excessive ? Chaque LED est montée en série avec une résistance de 10Ω fixant à 600mA le courant de crête débité.

[ http://www.polo-land.fr/forum/RTP/636/2.jpg ]

Réalisation pratique

On notera les dimensions modestes du circuit imprimé de la figure 4 dont la forme permet le logement dans un boîtier tubulaire à extrémité étranglée permettant l'accès à des endroits variés du moteur à examiner.

[ http://www.polo-land.fr/forum/RTP/636/3.jpg ]

Le plan de câblage de la figure 5 n'appelle pas de commentaire particulier. si ce n'est qu’il est nécessaire de respecter le sens de branchement des diodes LD57C. Les méplats identifiant les cathodes (K) doivent être plaqués l'un sur l'autre, ce qui exclut toute erreur.
[ http://www.polo-land.fr/forum/RTP/636/4.jpg ]

Trois cordons munis de pinces crocodiles isolées « spéciales auto» seront soudés au circuit, leur longueur pouvant avoisiner 1 m, voire plus, On remarquera que remploi de cet appareil ne présente aucun danger, même en présence d'humidité, aucun point du circuit n'étant porté à un potentiel supérieur à 14 V. De plus, la consommation du montage n'excède pas 100 mA sous 14 V pour une fréquence de répétition des éclairs de 50 Hz.

Utilisation

La première étape consiste à identifier le repère prévu par le constructeur et qui peut être situé sur la poulie de vilebrequin,l'embrayage, le pignon de distribution, le ventilateur, etc. La notice du véhicule ou un manuel technique approprié sont d'une aide précieuse pour cette recherche, Après un bon nettoyage des repères fixe et mobile, ceux-ci seront munis d'un trait de peinture blanche large de 2 à 3 mm au maximum. Après séchage, on pourra démarrer le moteur et brancher le stroboscope.

Nomenclature

Semi-conducteurs
2 x LD57C (1 à 4) Siemens
1 x BD 135-16 Siemens
1 x 2N2222 A ou BCW74-16 ou BC107 B Siemens
1 x BAY61 ou 1N4148
1 x diode zener 12V/0,5W BZX97C 12
1 x CD4011 (toutes marques)

Résistances
2 x 10R (1 à 4)
1 x 15R
1 x 560R
1 x 1,8k
2 x 10k
2 x 100k

Condensateurs
A x 470 µF 16 V
1 x lOO.µF 16V
1 x 0,33µF
1 x 10nF

Divers
1 circuit imprimé
3 cordons avec pinces crocodiles «auto»
1 boitier selon besoins

Je l'ai donc réalisée, avec une LED différente récente, encore plus lumineuse:
Voilà l'intérieur:
Image
En action sur la tondeuse :louche: :ptdr: (bien entendu y'a aucun repère pour vérifier quoi que ce soit)
Image
Et sur un moteur Energy 1.4 de chez Renault, mais pas de repère non plus apparemment, juste pour tester, allumage électronique intégral de toute façon.
Image
Polo G40 1988 206000 kms / Seat Ibiza SDI 2000 358000 kms / Audi A6 1.9Tdi 130 2002 295000 kms
Avatar de l’utilisateur
fandemapolo
Détordeur de Polo ! Modérateur
 
Messages: 13052
Inscription: 11 Aoû 05 17:26
Localisation: 45 Orléans

Retourner vers La R.T.P (Revue Technique Polomobile)

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron